top of page
Rechercher

Du miel en or... Made In Africa

"L'annonce à mes collègues de mon départ de la Suisse pour la Côte d’Ivoire, a suscité de grands rires."

Anne Marie BOKATA KOUAME a travaillé durant plusieurs années en France, puis en Suisse dans le milieu du luxe. En 2022, elle retourne en Afrique, en Côte d’Ivoire, où elle lance sa marque KEMISUA, une gamme de produits comestibles, cosmétiques et de maroquinerie, qui s’inscrit dans une valorisation à l’échelle du luxe, des produits locaux. C’est à Abidjan que l’équipe de Zion Kick-Up Startups l’a rencontrée.


Le miel KEMISUA, à la poudre d'or


Présentez-nous KEMISUA

Durant mon expérience professionnelle et surtout pendant la période Covid, j’ai observé que les gens consommaient différemment en étant demandeurs de produits toujours plus naturels. J’ai lancé la gamme de produits KEMISUA pour répondre à ce besoin de consommer des produits authentiques et qui valorisent nos ressources en Afrique. Le nom KEMISUA est une combinaison du diminutif des prénoms de mes enfants, Mi de miel, et MiSua en langue Baoulé qui veut dire « Ma maison ». J’interpréterais KEMISUA comme « Mon univers autour du miel ».


Pourquoi la Côte d’Ivoire ?

J’ai suivi mon mari qui depuis un moment mûrissait le projet de rentrer dans son pays natal. Ayant des enfants adultes, il était évident que nous retournions ensemble. Tous les moments sont importants, c’est une expérience qu’on devait partager, vivre ensemble.


Quel accueil a reçu KEMISUA ?

Je travaille avec mon mari qui m’a cédé une partie de ses bureaux et jusqu’ici, nos démarches ont reçu un accueil favorable. Je pense que chacun a sa place dans le rayonnement de notre continent. Nous ne sommes pas là dans un esprit de concurrence, mais plutôt de faire-ensemble, l’approche de KEMISUA étant de travailler avec les artisans de la place.


Quelle est la méthode KEMISUA ?

Pour nos produits cosmétiques, j’ai travaillé avec une maison de la place. Pour la maroquinerie, le prêt-à-porter et les accessoires, je travaille avec les artisans locaux, et dans ces collaborations, chacun tient sa place, chacun a son marché. De plus, nos produits apportent une réelle visibilité à plusieurs artisans locaux hors des frontières du pays.

Je propose miel et karité d’exception qui proviennent des savanes et forêts du pays. Nous avons de bons produits. Je trouvais dommage que la plupart de ces miels de grande qualité soient vendus dans des bouteilles en plastique. On ne leur donne pas toujours la valeur qu’ils représentent. C’est pour cela que j’ai voulu ajouter un côté plus soigné à ce produit en l’agrémentant de poids Baoulé qui représentent le soleil, de tam-tams miniatures et de pépites d’or alimentaires, des symboles forts en Afrique.



Quel est le marché de KEMISUA ? Les perspectives ?

Hôtels, grandes cuisines, bars, restaurants sont nos cibles du moment.Mon souhait serait d’avoir nos produits dans un maximum d’hôtels de Côte d’Ivoire pour faire comprendre aux consommateurs dans ces grands hôtels que sur place, nous avons des produits de très grande qualité, et qu’il faut que nous arrêtions d’aller chercher en Europe ou ailleurs ce qui est déjà présent ici. On a du bon miel de savane, miel de montagnes, qu’on devrait retrouver dans tous les buffets et chambres d’hôtel de Côte d’Ivoire. Ayant travaillé dans le milieu du luxe en Europe, je connais ses réalités et secrets, et je suis plus que jamais convaincue qu’il n’y a rien de tel que de valoriser le « Made in Africa ». Nous sommes capables en Afrique de rehausser la valeur de nos produits, c’est à nous premièrement de le faire.


Un message à l’entrepreneur qui hésite à s’installer en Afrique ?

C’est vrai qu’on a tous nos doutes, et que l’Afrique n’est pas l’eldorado pour tout le monde. C’est vrai qu’il y a souvent des complications et que ce n’est pas toujours facile, mais tant qu’on n’a pas essayé, on ne pourra pas déterminer ce qui aurait pu être. Lorsque j’ai annoncé à mes collègues que je quittais la Suisse pour m’installer en Côte d’Ivoire, ce fut de grands rires. On m’a demandé si j’allais vendre dans la forêt, la savane ou au marché. Dans la perception de beaucoup, il y a une idée de l’Afrique tellement négative et pourtant ! L’Afrique entière est belle et riche en opportunités. C’est à chacun de faire la part des choses. Venons investir en Afrique.


Propos recueillis par Linda Kouchou

165 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page