top of page
Rechercher

Greenova: des racines à l'air libre

C'est sur le site de la startup Clean Greens à l'Agropôle de Molondin que les acteurs de l'agro-alimentaire africain de Suisse ont été accueillis pour une visite guidée du système d'aéroponie mobile Greenova.

Avant d’entrer dans la serre, les visiteurs stérilisent mains et chaussures pour limiter les risques de contamination, à l'origine de maladies des plantes. Une station de fertilisation contient les nutriments des plantes sélectionnés pour leur stabilité, ainsi que de l’eau qui sera filtrée et acheminée vers les plantes dans la serre.

Serre aéroponie
Station de fertilisation

Céline Calais et Stéphane Carrichon, les guides Clean Greens pour l'occasion, travaillent sur le projet Greenova, un projet novateur d'aéroponie. Ils expliquent que les semis de plantes à feuilles sont faits dans de la laine de roche car en plus d’avoir un pH neutre, elle est stable et difficilement contaminée. Elle n’est pas juste dégradable, elle se désintègre au fur et à mesure de la croissance de la plante. Les plants sont sélectionnées dès l’étape des semis, avant d’être repiqués en serre dans leur substrat d'origine qui se désintègrera et passera dans l'eau dégoulinant des racines.


Les grains sont semés dans de la laine de roche avant sélection et repiquage
Semis dans un substrat fait de laine de roche

Dans la serre d’aéroponie, ce sont les plantes à feuilles à cycle court (laitues, chou kale, blette, citronelle…) et les plantes aromatiques qu’on découvre cultivées hors-sol, à une hauteur d’environ 1m20 du sol. Leurs racines sont clairement exposées et visibles, et ne se touchent pas. En dessous, une unité d’irrigation mobile asperge à fréquence contrôlée les racines de fines goutelettes d’eau mélangée aux nutriments de la plante. Dans la nuit par exemple, en absence de photosynthèse, cet arrosage est arrêté pour ne pas sur-stimuler les plantes.


Les racines sont aspergées par un système d'irrigation mobile.
Après aspersion des racines, l'eau est recueillie dans une bâche, filtrée et réutilisée.

La serre est maintenue à un taux d’humidité ajustable grâce à des ventilateurs et buses d’aération. La durée d’exposition à la lumière (selon la saison) est contrôlée par des lampes LED.

Avantages présentés de l’aéroponie :

  • Economies d’eau : 150l d’eau en culture classique vs. 10l d’eau pour obtenir 1kg de salade

  • Indépendance de la saison : 2 à 3 cycles par an en culture classique vs. 13 cycles de culture en aéroponie

  • Productivité : 23 fois plus de laitues produites par l’aéroponie , pas de maladie (car 0 sol, et eau régulièrement filtrée)

Le spectre de plantes pouvant pousser hors-sol est relativement limité à ce jour, expérimentations en cours pour les haricots, pommes de terre, etc.



Le travail de recherche est remarquable, et l’on est en droit de se demander: "l'aéroponie serait-elle une solution pour les endroits avec des ressources réduites en eau, en terre, des terres polluées ou des climats difficiles ? Est-elle trop parfaite, calculée ? Quels risques/coûts cachés ?" Cette visite des acteurs de l'agro-alimentaire africain en Suisse a énormément renseigné, et provoqué la réflexion.


À nos hôtes, un grand MERCI!


"Bâtir l'Afrique que nous voulons, c'est POSSIBLE!"

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page